info-depression.fr

 
 

Témoignage

Sophie,
professeur d’anglais, 36 ans

« J’ai pris l’habitude de faire un peu d’aquagym. En même temps, la prof me fait faire des séances de sophrologie, ça m’aide me relaxer, à penser un peu à mon corps. Et puis, sortir de la maison, voir du monde, c’est quand même bien. »

Glossaire

Pratiquer certaines activités physiques

Plusieurs études ont démontré que le fait de pratiquer régulièrement mais avec modération [1] une ou plusieurs activités physiques aérobies (activités d’endurance respiratoire comme la marche rapide, la course à pied, le vélo, la natation, le rameur…) contribue à réduire les symptômes des dépressions légères à modérées et à prévenir leur réapparition.

Le niveau d’activité physique préconisé est de 5 séances hebdomadaires de 30 à 40 minutes chacune (ou à défaut de 3 séances hebdomadaires de 50 à 70 minutes chacune) d’une activité d’intensité modérée : un footing léger, par exemple. Cette intensité de pratique s’atteint progressivement, en respectant son propre rythme. Une fois cette régularité mise en place, la réduction des symptômes peut être effective très rapidement.

Aucune activité physique aérobie n’est a priori supérieure à une autre. On privilégiera une activité qui nous plaise en alternant au besoin les types et les modalités de pratique pour maintenir l’intérêt et la motivation :

• footing ou vélo en extérieur, s’il fait beau ;

• travail en salle sur rameur, stepper ou dans un cours d’aérobic ;

• natation, balade rapide en forêt seul ou avec des amis, marche rapide pour se rendre au travail…

Les possibilités sont nombreuses, seule la régularité compte. La pratique en groupe ou en club peut être intéressante, car elle associe les bienfaits de l’activité physique à ceux de l’échange avec d’autres personnes.

Pratiquées en complément des activités aérobies, certaines gymnastiques ou activités corporelles douces peuvent aussi avoir des effets positifs.

Haut de page

 

Si l’on n’a pas pratiqué d’activité physique depuis longtemps, il est préférable de consulter un médecin pour effectuer un bilan de santé.

[1] L’augmentation excessive des durées ou des intensités de pratique n’a pas nécessairement d’effets sur les symptômes dépressifs. Au contraire, le « surentraînement » a un effet négatif et peut dégrader l’état dépressif.

 
< Pratiquer certaines activités physiques"; ?> < Relaxation : sous certaines conditions"; ?> < Alimentation : attention aux carences et aux déséquilibres"; ?> < Alcool et aux autres substances addictives : de faux amis"; ?> < Liens sociaux : à entretenir autant que possible"; ?> Liens sociaux : à entretenir autant que possible>"; ?> Alcool et aux autres substances addictives : de faux amis>"; ?> Alimentation : attention aux carences et aux déséquilibres>"; ?> Relaxation : sous certaines conditions>"; ?> Pratiquer certaines activités physiques>"; ?>